Cet article était prévu pour être publié début juin, avec mes lectures de mai donc.
Et puis le temps a filé.
Et j'ai continué à lire.
Alors, comme vous n'avez pas que mon blog à suivre et que vous n'avez certainement pas deux jours pour lire mes (pourtant courtes) critiques, voici une petite sélection des deux derniers mois et demi...

Source: Externe Même pas mort (Rois du monde 1) de Jaworski

Ce livre a été, il y a deux ans déjà, sujet d'une discussion sur Warmania entre détracteurs et fans. Et bien, je fais partie des fans, sans aucun doute.
Ici, on n'est pas dans le Vieux royaume, mais dans le monde Celte. Un monde celte, vu par des yeux celtes, autant qu'on peut tenter de se l'imaginer. Jaworski joue d'ailleurs avec son lecteur moderne par la mise en abîme d'une narration faite par le héros celte à un marchand grec.
Bellovèse, fils d'un roi Turon et prétendant potentiel à la royauté biturige nous raconte sa jeunesse. Ses premières années d'exil après la mort de son père s'entremêlent à son premier combat et à son voyage jusqu'aux îles d'outre-monde.
C'est l'enfance d'un guerrier. Voyage initiatique pour le héros comme pour le lecteur, récit à la fois épique par sa forme et "gestuel" par ses enfances, il tient en haleine par la façon dont ses épisodes répondent les uns aux autres.
Jaworski a su donner une existence à ce personnage, à peine évoqué par Tite-Live. D'ailleurs, je vais aller parcourir son Histoire Romaine avant de lire la suite.

Source: ExterneBug #2 de Bilal

Bilal, c'est Bilal. C'est un peu facile de le dire comme ça. Pourtant, il y a de ça. Il y a des BD, c'est le héros, d'autres, c'est l'auteur.
Ce Bug-ci est le deuxième tome de sa dernière série. L'intrigue n'y avance pas, mais on continue de découvrir ce monde où toutes les données informatiques ont disparues. Le héros après qui tout le monde court commence à maîtriser ses pouvoirs. Tout est en place pour que l'histoire commence vraiment.
On a le temps, Bilal prévoit au moins 5 tomes, et à la vitesse où il publie...
Avec cette nouvelle série, Bilal s'affranchit des lourds décors, ce sont les personnages sur lesquels il concentre toute notre attention. Les personnages et l'histoire. Parce que l'histoire, même si seul le décor est posé, elle fait envie.

th_cogn L'armement médiéval - Les armes blanches dans les collections bourguignonnes - Xe-XVe siècles, de Fabrice Cognot

Vous croyez tout savoir sur les épées ? Bienvenue à la lecture de cette somme !
Bon, c'est une thèse, alors c'est chiant et long à lire. Mais y'en a à tous les niveaux : archives médiévales, combat, forgerie, étude d'arme. Un gros pavé sur les épées, puis les lances et on termine avec quelques éléments sur les haches.
La première partie est un gros corpus bibliographique qui peut être évité pour une lecture "en dilettante", les éléments principaux en sont repris dans les deuxième et troisième parties.
Dans la version en ligne que j'ai lue, il manque pas mal d'illustrations. Mais une recherche internet comble vite ce manque. Une lecture longue, mais passionante. Si vous ne me croyez pas, écoutez l'auteur : fréquence médiévale.

Source: Externe Belphegor #10-3

Toujours à la recherche de nouvelles sources de lecture sur le net, je suis tombé sur OpenEdition dont j'ai parcouru la section "magazines". J'ai picoré et ne me suis arrêté que sur des trucs qui m'intriguaient.
Le numéro Belphegor consacré à Peter Pan en est un bon exemple. Une série d'articles assez courts, écrits par des auteurs qui semblent bien posséder leur sujet, qui ont totalement changé le regard que j'avais sur ce bouquin que j'avais trouvé assez insipide à la lecture. Fruit de réécritures et de réinventions permanentes, Peter Pan est superposition de couches que ce numéro nous permet de soulever petit à petit.

 

Source: Externe Histoire de la Gaule Romaine de J.J. Hatt

Mes étagères étant une sorte de refuge pour livres abandonnés, j'en récupère régulièrement. J'ai redécouvert celui-ci en déplaçant un carton et il tombait très bien après Jaworski, même s'il ne commence qu'en -120.
On traverse donc 6 siècles d'histoire romaine vue à travers le prisme des Gaulois (à prendre au sens large des rives du Rhin aux Pyrénées). Il y a certainement des livres beaucoup plus récents que celui-ci (édité en 1959 !), mais sa lecture est une véritable source d'inspiration pour rejouer nombre de batailles, de toutes tailles. A suivre les événements décrits par l'auteur, la Pax Romana n'est qu'une vue de l'esprit ou, dans le meilleur des cas, qu'une pause locale et passagère. Que ce soit entre eux ou contre les tribus germaines, les légionnaires romains n'ont guère eu le temps de se reposer. Enfin, ces légionnaires n'étaient romains que par leur équipement...
En tout cas, j'entends déjà mes plaquettes remuer dans leur boite !

Source: Externe Moby Dick de Melville

Un bouquin que j'attendais de trouver en vide grenier ou de récupérer par hasard et puis rien. Alors je l'ai ajouté dans mon panier avant de me dire... "C'est un vieux classique, ces droits sont peut-être libres et je pourrai le trouver sur le net." Bingo !
J'en connaissais vaguement l'histoire, celle de la lutte d'Achab et de sa nemesis. Mais au fil de ma lecture, je me suis demandé si j'avais la véritable version de Melville. Descriptions des différentes sortes de baleines, des parties du navire, de son équipage, de l'histoire de la chasse à la baleine... Toute une partie encyclopédique entrecoupée de passages narratifs. Après vérification, pas d'erreur, c'est bien le livre de Melville.
Du coup, je me suis calmé et ai repris ma lecture plus sereinement. Finalement, je crois que ces interruptions descriptives ne diluent pas le récit mais, qu'au contraire, elles permettent la montée en tension jusqu'à la fin du récit.

Source: Externe Le dernier pharaon de Schuiten

Une aventure de Blake et Mortimer hors série, comprendre hors du (ténu) fil narratif de la série principale. Cet album se situe 30 ans après le Mystère de la Grande Pyramide et est sensé mettre un terme aux questions restées en suspens.
Est-ce qu'il répond à ces attentes ? Est-ce qu'il répond aux miennes ?
Nos deux héros ont pris de l'âge et sont désormais hors de course. Dans la série principale, on est habitué à voir le monde entier leur obéir (ou en tout cas suivre avec vénération leurs conseils), ce n'est plus le cas. Là, ils vont devoir se débrouiller seuls, plus ou moins. Car, comme ce sont les héros, leur force de persuasion auprès des anonymes reste effrayante.
Ce qui fait que l'histoire, qui aurait pu pousser les héros dans leurs retranchements, reste assez fade. Un bon point tout de même, vous-savez-qui n'apparaît pas !
Pour ce qui est du dessin, Schuiten n'en est pas à son galop d'essai, rien à dire. C'est même particulièrement intéressant de lire un B&M sans ligne claire.
Je reste un peu sur ma faim. Ces 85 pages auraient certainement pu être remplies différemment et donner un goût un peu plus relevé à cet album.

De plus en plus de lectures virtuelles.
C'est quand même pratique d'avoir une bibliothèque dans la poche. Même si le contact du papier est plus agréable !