Période de Noël, période faste pour les festins, voire pour les orgies. Et je ne m'en suis pas privé !
Voici donc des morceaux choisis de mon orgie festive, toujours en partant du dernier lu :

Source: Externe Racontars arctiques, de Bonneval et Tanquerelle.

Je l'avais découvert en spectacle, dévoré en bouquin qui m'avaient, l'un comme l'autre, plongé et absorbé dans un univers totalement inédit. Et voilà que je le découvre en BD, me demandant avec un peu d'angoisse si elle tiendra la route.
Je connaissais Tanquerelle pour Lucha Libre, pas vraiment le même univers, et De Bonneval pour Gilgamesh, qui n'est pas une mauvaise référence, loin de là. Mais qu'avaient-ils fait de ce recueil de... racontars ?
Et bien j'y ai retrouvé exactement la même immersion, le même plaisir, la même envie irréprescible de tourner les pages.
Quelque soit le support, ce texte de Jørn Riel est excellent. Foncez !

Source: Externe La Brigade Chimérique, Intégrale, de Lehman, Colin et Gess.

Je ne pensais pas vous parler de la brigade chimérique, qu'il me semble avoir déjà évoqué ici où là, mais cette intégrale propose un peu plus que la BD.
On y retrouve les 6 tomes de la BD, évidemment, et tous ses personnages issus des séries pas-encore-pulp du début du XX° siècle (n'hésitez pas à aller faire un tour par là). On y trouve aussi deux textes de Serge Lehman qui présente son travail de scénariste. On y trouve aussi la description de toutes (ou presque) les références qui parsèment cette histoire. Délicate décision des auteurs (ou éditeurs), car elle vise à prendre les lecteurs pour des buses. Mais décision qui se justifie ici, parce qu'il s'agit d'une intégrale. Je suis d'ailleurs curieux de savoir si on le trouve aussi dans la première édition de l'intégrale (lecteur de passage, si tu le sais, n'hésite pas à le dire en commentaire).
Une très bonne intégrale donc, avec même un ex-libris offert. Ils sont beaux chez l'Atalante.

Source: Externe Intégrale T3, de Yves Chaland.

Artiste de la ligne claire, Chaland n'est plus à présenter (sinon, cliquez ici). Ce troisième tome de son intégrale commence avec Captivant, le journal fictif qu'il avait créé avec Luc Cornillon, publié dans Métal Hurlant (toute mon adolescence). Aucune retenue, Chaland et Cornillon appuient tant qu'ils peuvent sur les défauts des années 50.
Viennent ensuite les aventures de Bob Fish, le détective, toutes aussi irrespectueuses, où l'on voit apparaître celui qui deviendra Le jeune Albert.
Excellent volume, mais à ne pas mettre entre les mains de ceux qui ne comprennent pas le second troisième huitième degré !

Source: Externe aāma T1, de F. Peeters (Frederik pas Benoît).

On ne dira jamais tout le bien des liens croisés et des "recommandations" des sites marchands (alors que, personnellement, je n'ai aucune difficulté à en dire du mal). J'ai donc découvert cette BD par un lien publicitaire et c'est une bonne chose.
Un type se réveille sur une planète déserte sans souvenirs. Rien de bien original. Un gorille, genre serviteur, s'adresse à lui, il a les jambes rasées. Heureusement Verloc, notre amnésique, a écrit un journal de ses dernières journées. Heureusement encore, Churchill, le gorille aux jambes nues, lui propose de le lire.
La série comporte 4 tomes, c'est bien, et ils sont déjà parus, c'est encore mieux. Ne reste plus qu'à lire les suivants.

Source: Externe La grande Guerre des Mondes T1, de Nolane et Vladetic.

Que je déteste cette habitude de faire dessiner les couvertures par d'autres ! J'ouvre la BD et, première page, une grande ville moderne et ses gratte-ciel. Mais où sont les tranchées ? Et où sont les tétrapodes ?
Vous l'avez peut-être deviné, je ne parle que des bouquins que j'ai aimé, alors, forcément, ça s'arrange après. Faut dire que croiser le professeur Challenger et Tungunska dès la troisième planche est particulièrement rassurant (ou pas, la suite me le montrera). Et puis, voir les officiers français et allemands faire cesser les tirs pour que Camille Flammarion inspecte un module martien dans le no man's land, ça donne envie de lire la suite.
Même si le dessin n'est pas ce qui me fera rester, j'ai une forte envie de lire les deux tomes suivants.

Source: Externe La grande histoire du Journal de Mickey, collectif orchestré par P. Weber.

Dans mon billet BD précédent, je vous disais que j'avais été biberonné à Spirou. Mais auparavant, j'avais longtemps tété du Mickey (et puis comme ça, avec la remarque un peu plus haut, vous avez une bonne vision de mon éducation BD). Alors une rétrospective ne pouvait que m'allécher.
Il y a la somme : 160 pages retraçant les plus de 80 ans du journal, classées par décennies, et parlant surtout du contenu. Peu d'anecdotes (difficile à choisir sur 84 ans), mais des infos intéressantes sur les questions et choix éditoriaux. Quelques témoignages et interviews agrémentent le tout.
Il y a le poids : fac-similés de journaux, posters, autocollants, ex-libris...
C'est du lourd pour un prix dérisoire. Evidemment, ça ne convaincra que les fans !

Source: Externe Metropolis T1, de Lehman et De Caneva.

A priori, pas grand chose à voir avec le film de Fritz Lang, mais la référence est certaine. Rien à voir non plus avec la Metropolis de la Brigade Chimérique, en tout cas pour l'instant...
On se retrouve en 1935, dans une uchronie qui n'a pas connu la Première Guerre mondiale. Metropolis est la capitale de l'Interland franco-allemand où tous les rêves retrofuturistes sont en passe d'être réalisés, ou du moins expérimentés.
Mais quelque chose se trame en coulisse, forcément...
Très agréable à découvrir et à lire. Difficile d'en dire plus pour l'instant, mais une forte envie de lire la suite.

Source: Externe Le vent dans les saules, de Michel Plessix.

Je ne compte plus le nombre d'années durant lesquelles j'ai attendu de lire cette BD sans ne rien savoir de l'histoire qu'elle raconte. Le dessin de Michel Plessix en a toujours été la seule motivation.
Et bien, je ne suis pas déçu, bien au contraire. S'il y a quelques trous dans la narration, peut-être dus à sa lecture en intégrale plutôt qu'à mesure de la publication des volumes qui la composent, le dessin est un véritable régal et sert à merveille les personnages de ce conte animalier.
C'est malin, maintenant j'ai envie de lire l'original. Et aussi Le vent dans les sables, évidemment !

Source: Externe Traces de la Grande Guerre, collectif chez On a marché sur la bulle

18 courtes histoires, autant de dessinateurs et de scénaristes pour un recueil qui est sûrement un travail de commande pour le centenaire de l'armistice.
18 histoires qui parlent majoritairement de notre présent et de la façon dont cette guerre y a définitivement laissé son empreinte.
18 histoires forcément très inégales. Parmi celles-ci, je retiens l'édifiante épopée du Komagata Maru qui mériterait bien un album à elle seule.

Source: ExterneWalking dindes - La Nef des fous #9 de Turf

Après Le voyage improbable malheureusement mal reçu par la critique, Turf a réveillé le royaume d'Eauxfolles avec un nouveau cycle.
Dans le tome 8, la reine disparaissait et Baltimore reprenait du service derrière le Sergent Bonvoisin. Avec Walking dindes, Turf continue à faire délirer le royaume et ses habitants en ajoutant des couches de bêtises par-dessus celles, déjà épaisses, de ses personnages. Et c'est un régal !
Loin de ronronner, le royaume de Clément XVII continue à nous entraîner dans sa folle sarabande. Vivement le prochain.

Source: ExterneLa vallée des immortels - Blake et Mortimer #25 de Y. Sente, T. Berserik et P. Van Dongen

Un nouveau Blake et Mortimer, marronnier de fin d'année de Casterman. Que dire de celui-ci ? Encore un piège à fan ou une bonne surprise comme l'album ci-dessus ?
Yves Sente fait le boulot. Le scénario prend place immédiatement après Le secret de l'Espadon et entremêle plusieurs menaces. De quoi ne pas être trop linéaire et assurer un second tome. Le dessin, par contre, est plus laborieux, proche de l'esquisse parfois.
Les critiques de cet album sont très positives, pourtant je reste dubitatif (ce qui ne veut pas dire que je ne l'aime pas). Peut-être me suis-je lassé des personnages... Il faut dire que le couple Mortimer/Olric me tape parfois sur les nerfs.
Aaah, je rêve d'un scénario sans Olric !

Source: Externe Je vais rester de Trondheim et Chevillard

Du narratif, rien que du narratif. En film, ça donnerait un truc d'ambiance avec beaucoup de longueur, en BD ça donne de véritables espaces de respiration. Exactement ce dont a besoin l'héroïne après le choc de la page 2. Exactement ce dont on a besoin nous mêmes.
Une histoire intemporelle totalement inscrite dans son époque, Trondheim a écrit là un excellent scénario très bien servi par le dessin de Chevillard. Une histoire à la Davodeau, mais presque sans héros tant Fabienne reste discrète.
A lire, absolument, sauf si vous ne jurez que par les BD d'action !

Je peux maintenant vous laisser digérer. J'aurai pu détailler tout ça et vous donner plus d'infos sur chacune de ces BD, mais c'est tellement mieux fait ailleurs.
Oh, je sais ce que vous allez me demander, et si je n'en gardais qu'un ?
Et bien, pour cette fois, je ne sais absolument pas quoi répondre.

Na !