Le week-end dernier se tenait dans la banlieue sud de Toulouse un salon de la BD d'occasion. Venus de tout le sud-ouest, les professionnels en profitent pour étaler leurs éditions originales et en demander un prix largement supérieur à celui d'une BD neuve (oui, mais c'est une EDITION ORIGINALE en presque parfait état). S'il n'y avait que ça, aucune raison pour moi d'y aller.
Mais il y a aussi beaucoup d'occasions à des prix intéressants, voire très intéressants. Et là, il y a toujours de quoi compléter les trous de ma bédéthèque (en faisant des trous dans mon compte, évidemment, la loi des vases communicants).
Dans cette revue de BD, ne vous attendez donc pas à du neuf (quoique, la dernière chroniquée date de septembre).

Source: Externe

Les phalanges de l'Ordre Noir de Christin et Bilal

Dans une collection, il manque toujours quelques éléments, sinon quel intérêt. Avec Bilal, il y a ceux que j'achète en double (ça fait toujours plaisir aux copains) et ceux que je n'achète jamais. Erreur réparée pour Les phalanges.
La Guerre d'Espagne est terminée depuis quarante ans et les idéaux qu'elle soulevait se sont bien émoussés. Mais il suffit d'une étincelle pour secouer l'ennui et la couche de poussière des anciens brigadistes. Ceux-ci auront pourtant bien du mal à trouver de l'aide parmi les néo-gauchistes assagis de la fin des années 70.
Un des meilleurs Christin/Bilal. Un des plus désabusés aussi.
Et puis, ça réveille mes projets, toujours repoussés, de jouer la Guerre d'Espagne avec Blitzkrieg. 2019 sera peut-être la bonne année...

Source: Externe

Fort Wheeling T1 et T2 de Hugo Pratt

Amoureux de Corto, je découvre désormais Pratt à travers ses autres récits.
Dans Fort Wheeling, on se retrouve à la frontière canadienne, entre les Iroquois, les rebelles américains et les Brittaniques. La force narrative de Pratt est au meilleur de sa forme et on suit avec plaisir les déambulations du jeune Criss, Américain et fier de l'être.
Il fera ses premières armes avec l'armée dans l'extermination d'un village indien. Puis sera scout pour les Américains qui souhaitent se débarrasser de la tutelle anglaise.
Mais tout n'est pas si facile quand on a un ami Anglais et un autre Indien.
Un premier tome vraiment prenant, si ce n'étaient ces quelques pages inversées (pages 53 et 56 par exemple) avec de nombreux épisodes et beaucoup de personnages hauts en couleur.
Un second tome moins dense, dans lequel je regrette le passage de planches à 4 bandes à des planches à 3 bandes.
En tout cas, ça donne envie de Mousquets & Tomahawks...

Source: Externe

Sorcières de Chabouté

Découverte. Chabouté fait partie de ces auteurs dont je connaissais le nom, mais pas le travail. Album en noir et blanc, recueil d'une quinzaine de courtes histoires qui n'est pas sans me rappeler Comès. Mais si, chez ce dernier comme chez Pratt, c'est le temps des longues bandes silencieuses qui installe l'ambiance, Chabouté situe l'histoire dès les premières vignettes.
Il faut dire qu'il n'y a pas le temps de s'installer, on suit le protagoniste, on rencontre la sorcière et l'histoire prend fin dès qu'elle nous a cueilli ; de façon surprenante pour les premières, plus attendue pour les suivantes.
Une bonne pioche cet album.

Source: Externe

Aux sources du Z de Morvan et Munuera

Biberonné à la BD franco-belge, le Spirou de Franquin (et celui de Fournier) font partie de mes références. J'avais suivi d'un oeil distrait (comprendre "lu en rayon") le Paris-sous-Seine de Morvan et Munuera, attiré par le dessin de ce dernier, et je trouvais intéressante leur approche manga pour le Spirou à Tokyo.
Dernier album de la paire, sorti pour les 70 ans alors qu'ils étaient déjà poussés dehors par Dupuis, il méritait peut-être plus qu'un coup d'oeil rapide.
Si Munuera a toujours ce trait particulièrement efficace (il faut voir les reprises qu'il fait des cases de Franquin) et si Morvan se sort sans encombre de ce voyage dans le temps, il n'en reste pas moins que l'histoire n'est rien d'autre qu'une excuse pour sortir des références aux premiers albums de Spirou. Et encore, des références mais avec des libertés par rapport au "canon".
Cela dit, je ressors avec un sourire de cette lecture grâce aux quelques petits trucs "pas Marcinelle du tout" que les auteurs ont glissé dans cette BD. A savoir si Dupuis l'a vu et laissé passer ou s'ils n'ont pas fait attention. M'enfin, il a quand même été prépublié dans le mag...

Source: Externe

L'armure du Jakolass de Larcenet

Faut pas toucher à Valérian, faut pas.
Bon, y'a eu ça, alors j'ai lu celui de Lupano qui est une bonne histoire servie par un dessin réaliste. Mais de là à craquer pour celui de Larcenet...
Non mais regardez ce perso en couv, c'est Valérian ça ?
Et voilà 7 ans que je suis passé à côté de cette BD, que je l'ai repoussée sans faire l'effort de quelques secondes de lecture. Heureusement, j'ai enfin cédé.
Parce que, ok, c'est un pastiche, mais c'est surtout une sacrée bonne histoire tout à fait digne de Christin. Une histoire retorse dans laquelle Larcenet a bien digéré tous les codes de la série.
"J'aurais dû faire cosmonaute au lieu de perdre mon temps en CAP soudure..."

Source: Externe

Je suis Légion T3 de Nury et Cassaday

Encore une uchronie fantastique pendant la Deuxième G.M.
Oui, c'est vrai.
Encore une histoire avec une petite fille qui possède des pouvoirs mortels.
Oui, aussi.
Alors quoi ?
Le deuxième tome m'avait laissé dubitatif. Mais il m'avait suffisamment accroché pour que j'aille voir le troisième. Je ne regrette pas mon achat. Tout se mêle et s'entremêle dans un jeu de "qui est qui" à donner le tournis.
Alors finalement, qui est qui ?

Et puis, cerise sur la BD, il y de quoi imaginer une jolie campagne avec cette histoire.

Source: Externe

Le Suaire T2 de Mordillat et Liberge

J'avais adoré Trois Christs de Mangin et Bajram. Quand ma femme m'a offert le premier tome de Le Suaire, avec Eric-Mardi-Gras Descendres-Liberge au dessin, j'avais tout pour être conquis.
Loin des intrigues historico-romancées liées au sujet, ici le suaire ne sert que de fil conducteur à une histoire d'amour qui lie les avatars de trois personnages à trois époques différentes.
Ce tome 2 se déroule dans l'Italie de la fin du 19° qui voit l'affrontement entre les classes populaires et l'aristocratie. Lucia, comme son alter ego médiévale, va se retrouver mêlée à une intrigue politique dont le suaire est un enjeu.
Si le scénario est parfois trop lisse, parfois trop embrouillé, l'histoire est magnifiquement servie par le dessin de Liberge.
J'attends le troisième tome pour donner un avis définitif.

Allez, j'arrête là. Je ne vais pas vous parler de tout ce que j'ai acheté, ça va vous prendre la tête et c'est pas forcément intéressant. Et puis, j'ai pas le temps, il faut que je trouve de la place pour ranger tout ça...

Et si je devais n'en garder qu'une, laquelle je choisirais ?
C'est pas sympa ce genre de question. Choisir, c'est abandonner.
Alors laquelle n'abandonnerais-je pas ? Les Phalanges, vous l'aviez deviné !

Et maintenant, retour aux figurines.